Métamorphoses

Car sa tête n’était plus sa tête. Brute, massive et lourde, couverte de poils épais comme des câbles électriques, dotée de petits yeux noirs enfoncés dans des replis de chair glabre, sa tête était maintenant le crâne déformé, la gueule cauchemardesque d’un énorme sanglier.

Publicités

Marisa

J’ai l’air d’une cinglée complotiste quand je parle comme ça, mais enfin… Les immeubles autour de nous, les maisons, les trains, des milliards d’individus dans le monde… Tu ne t’es jamais demandé si tout ça n’était pas qu’un décor ? Un décor destiné à t’abuser toi, précisément ?

Sinnerman

Sans faire seulement mine de ralentir, elle empoigna sa robe et la retroussa jusqu’à la taille. Un pistolet de petit calibre était fixé à mi-cuisse par une bande élastique, cadeau de Nathan après cette soirée où un fan avait tenté de la poignarder dans sa loge. Elle le délogea, arma le chien et le braqua directement sur le visage de Yanis.

Le cheval révolté

Un matin, le cheval de Mathieu Santucci cessa de s’alimenter. Pollux, c’était son nom, n’avait montré aucun signe avant-coureur. Rien n’avait préparé à un changement de comportement. Simplement ce jour-là, quand Mathieu entra dans le box avec un plein seau de granulés spéciaux, le cheval d’ordinaire si empressé refusa d’y toucher. Il n’en approcha même…